Connaître Montussan

A 15 km de Bordeaux, le village situé en troisième couronne de l’agglomération bordelaise jouit d’une situation géographique privilégiée. La commune de Montussan est rapidement accessible par l’A89 et la rocade facteurs de développement de l’essor économique de la Rive Droite.

Presqu’île terrienne glissée entre deux fleuves, la Garonne et la Dordogne, l’Entre Deux Mers est une enclave de douceur de vivre, dans un paysage de prés, de coteaux, de rivières et de vignes.

Aux portes de Bordeaux mais aussi à l’ombre de ses bois, au creux de ses vignobles, au plus secret de ses vallons se niche Montussan qui offre au regard sa lumineuse sérénité.

Aujourd’hui Montussan compte 3042 habitants et 850 hectares bordés par la rivière La Laurence.

 

Blason de Montussan


blason
“Parti d’or et de gueules,
au 1 d’or chargé d’un cheval monté d’un cavalier, le tout de sable, à une plume d’argent posée en pal, brochant le tout,
au 2 gueules à trois grappes de raisin posées en barre, celle du centre d’or les deux autres de pourpre ; à un pal haussé orangé couvert d’une voie pavée du même.”Assez rare en héraldique français, l’émail (ou couleur) orange figure plus fréquemment dans les blasons anglais.
Dans les émaux d’or et de gueules, on retrouve les deux couleurs du blason d’Occitanie.
La partition “parti” symbolise le fief de la Mothe-Montussan, autrefois divisé par la voie romaine Bordeaux-Vésone. On a emprunté cette voie durant le Moyen Age et jusqu’à l’époque où a été enfin tracée une route par Saint-Loubès et Saint-Pardon.

 

logoC

La plume représente le personnage historique le plus marquant de Montussan, Pierre de Brach, qui s’est illustré en tant que poète et grand ami de Montaigne, personnage politique de la région. L’alliage de la plume et du cavalier indique que Pierre de Brach portait le titre d’écuyer. Ses descendants seront faits chevaliers.Le bourg que l’on connaît aujourd’hui est récent. Jusqu’alors, le centre vital se trouvait au lieu-dit « la Moune », à proximité de la voie romaine. Les grappes de raisin sont un symbole très parlant de la diversité des vins issus du terroir communal.

(Extrait de : Blasons des communes de la Gironde de Jean-Jacques Déogracias – Collection Beaux livres “Mémoire et patrimoine” n°1 – Les dossiers d’Aquitaine – 2003)

 

Pierre de Brach : l'enfant du pays


Pierre de Brach, sieur de La Motte-Montussan. Né en 1547 à Bordeaux, il mena une carrière d’avocat puis acquit la charge de contrôleur de la Chancellerie de sa ville. Grand ami de Montaigne qui parla de lui sur son lit de mort, il apporta une importante contribution à l’édition posthume des Essais. Pierre de Brach, sensible à l’influence de la Pléiade puis des néo-pétrarquistes et de Desportes, fut en son temps un poète reconnu et admiré. Ses vers d’amour s’adressent à sa femme Aymée, qu’il célébra longtemps avant de la pleurer. Elle lui apporta en retour la notoriété grâce à des œuvres très belles comme Le voyage en Gascogne de Brach et surtout le poème d’Aymée.

Retiré des affaires publiques, il mourut en 1605. Morts avant lui, ses amis les meilleurs et les plus célèbres ne le pleurèrent pas et il entra dans l’obscurité.
 

Sonnet

Lettre sur la mort de MontaigneC’est icy le jardin où nous soulions* choisir
Et les fleurs & les fruicts que la saison amene ;
C’est ores le jardin où seul je me promène,
Où je ne ceuille rien que fruicts de desplaisir.C’est icy la fontaine où nous prenions plaisir
De voir l’eau que son cours dans le vivier amene ;
C’est ores la fontiane où, pour noier ma peine,
De m’eslancer dedans j’ay mille fois desir.Mais voiez ce jardin ! il n’est plante qui sorte,
Fleur, herbe, feuille, fruict, qui n’ait la couleur morte ;
Leur verd comme le mien s’est perdu dans les cieux.Voiez cette fontaine ! elle a perdu sa cource ;
Mais ce n’est pas pourtant qu’elle ait perdu sa source ;
Ains c’est qu’un nouveau cours elle a prins par mes yeux.Pierre de Brach
*Souloir : avoir l’habitude de…

Lettre sur la mort de Montaigne ; Choix de poèmes / Pierre de Brach ; avant-propos de Iñigo de Satrústegui. – Bordeaux : L’Horizon chimérique, 1988)